Ordinateur inactif : laisser en veille ou éteindre ?


C’est une question que je me pose depuis longtemps : lorsqu’on ne va pas utiliser l’ordinateur pendant un certain temps, par exemple pour la pause déjeuner, vaut-il mieux le mettre en veille ou l’éteindre ? Et après combien de temps d’inactivité ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de connaître la consommation d’un ordinateur allumé, et de comparer ce chiffre avec la consommation en veille. On considère évidemment que la consommation de l’ordinateur éteint est nulle (ou quasi nulle).


Les différents modes de veille

Mes recherches m’apprennent tout d’abord qu’il existe plusieurs modes de veille :
- veille
- veille prolongée
- veille hybride (sur les PC fixes équipés de Windows Vista ou une version ultérieure)

  • La veille met l’ordinateur en état d’économie d’énergie. L’écran s’éteint, mais l’ordinateur reste allumé. Ainsi il se remet en route très rapidement lorsque vous souhaitez rependre le travail. Il faut le différencier de l’écran de veille, qui évite de laisser une image fixe sur l’écran.
  • La veille prolongée est proche de l’ordinateur éteint. D’après le site de Windows, c’est un mode conçu principalement pour les ordinateurs portables. Les documents et programmes ouverts sont enregistrés sur le disque dur, puis l’ordinateur se met hors tension. La consommation d’énergie est alors quasi nulle.
  • La veille hybride est à mi-chemin entre veille et veille prolongée : tous les documents et programmes ouverts sont mis en mémoire et sur le disque dur. L’ordinateur se met alors en basse consommation. Ce mode permet de rallumer l’ordinateur très rapidement, sans toutefois risquer de perdre des données en cas de coupure de courant.

La veille hybride est aujourd’hui sélectionnée par défaut sur les ordinateurs de bureau, mais il est possible de modifier ce paramètre si on le souhaite.

Consommation en veille

Le mode veille n’éteint pas l’ordinateur, seulement l’écran. La consommation reste donc élevée puisque, comme nous l’avons vu dans notre article sur la consommation des PC, un ordinateur consomme de 50 à 140W sans l’écran. L’avantage est qu’on peut sortir de la veille en seulement quelques secondes, et reprendre son travail très rapidement.

Dans le mode veille prolongée, la consommation est quasi nulle, puisque l’ordinateur est presque éteint. Il pourrait sembler très utile de choisir ce mode de veille. Néanmoins, comme nous l’avons vu, ce mode a été conçu particulièrement pour les ordinateurs portables. Dans le cas des ordinateurs fixes, je ne suis pas certaine que cela soit véritablement avantageux. J’ai testé ce mode à plusieurs reprises et j’ai mis à chaque fois beaucoup de temps à sortir de la veille prolongée. Il m’a fallu à peu près le même temps pour reprendre mon travail que si je démarrais l’ordinateur. Dans ce cas, autant éteindre l’ordinateur complètement.

Le mode de veille hybride, d’après le site Winmacsofts, consomme environ 5W, ce qui est très peu par rapport à un ordinateur en marche. L’avantage, pour un ordi fixe, est qu’on sort assez rapidement de la veille et qu’on peut reprendre le travail en moins d’une minute.
Il faut toutefois à noter que les modes de veille hybride et prolongée ne permettent pas un « nettoyage » de la mémoire RAM. Il est donc recommandé d’éteindre son ordinateur de temps à autre. De plus, la sortie de veille est parfois imparfaite et le son ou la connexion internet sont perdues, ce qui amène alors à redémarrer l’ordinateur.

Quelle veille choisir et quand ?

Nous connaissons à présent la consommation des différents modes de veille : 
- veille : 50 à 140W
- veille hybride : 5W
- veille prolongée : 0W
Il nous reste à connaître la consommation d’un ordinateur au démarrage, afin de savoir quand il est pertinent d’éteindre l’ordinateur plutôt que le laisser en veille. D’après WinMacSofts, un PC portable consomme 63W à l’allumage, et un PC fixe 165W. Cependant, il s’agit d’un pic de consommation qui ne dure que quelques minutes au plus.

Le calcul est simple : si on laisse son ordinateur allumé pendant 1h, il consommera en moyenne 100W. Si on le laisse en veille hybride : 5W + l’allumage, avec un retour au travail très rapide (puisqu’il n’est pas nécessaire de fermer/ouvrir les programmes). Si on éteint l’ordinateur : 0W + l’allumage, avec un temps plus long pour la reprise du travail (chez moi, près de 5 min).

Conclusion

Ainsi, le choix de mettre en veille ou éteindre dépend de la rapidité avec laquelle vous souhaitez pouvoir reprendre le travail. Mais il semble évident que même pour une pause relativement courte (20-30 min), il est plus économique de ne pas laisser l’appareil allumé.
Pour ma part, je privilégie la veille hybride afin de reprendre le travail rapidement. J’ai décidé de mettre l’ordinateur en veille dès que je le laisse pour au moins 20 minutes. Si je sais que je vais le réutiliser dans la journée, je le laisse en veille. En revanche, je l’éteins pendant la nuit, non seulement parce qu’il va rester inactif pendant près de 10h, mais également pour « nettoyer » la RAM.

J’ai également paramétré la veille pour les périodes d’inactivité plus courtes. Au bout de 5 min d’inactivité, l’écran s’éteint, et au bout de 20 minutes, il passe automatiquement en veille hybride.

Ces différentes habitudes permettront, je l’espère, de réduire significativement ma consommation électrique.

Sources :

Windows – Veille et veille prolongée : Forum aux Questions
WinMacSofts – Belkin Conserve Insight : Le test et le point sur la consommation de vos périphériques
Forum CNet France – Veille prolongée ou éteindre le PC ?

Acheter un lave-linge écolo

Ma machine à laver est tombée en panne : il me faut donc acheter un nouveau lave-linge. Certains d’entre vous diront probablement que j’aurais pu la faire réparer. Peut-être. Mais pour le savoir, cela m’aurait coûté cher, et cette machine avait déjà eu plusieurs mésaventures (j’ai largement rentabilisé l’extension de garantie).

Comme la majorité des gens dans mon cas, je préfère donc changer de machine. Et quitte à changer, je souhaite évidemment sélectionner un modèle le plus écologique possible.

Le Guide Topten

Je commence simplement par chercher dans Google « lave-linge écolo » et j’arrive rapidement sur le site du Guide Topten français. Il s’agit d’une initiative du WWF France et de l’association de consommateur CLCV. On y trouve les classements écologiques des appareils économes en énergie.  Ce qui signifie que pour chaque classe d’appareil, Topten va lister les plus écolo.

Pour les lave-linge, Topten fournit un tableau très complet, qui permet de faire son choix en fonction de différents critères, comme la consommation d’eau, d’électricité, ou évidemment le prix.

Tableau topten des lave-linge
Tableau des lave-linge, capture du 08/09/12.

On m’a beaucoup vanté les mérites de la marque Miele, qu’il s’agisse du dernier dépanneur sur la machine ou de mon entourage. Je m’intéresse donc particulièrement aux modèles de cette marque, qui figure à plusieurs reprises dans ce tableau.

Je cherche ces modèles sur le site de Darty, car je souhaite bénéficier de la SAV en cas de problème. Malheureusement, je ne trouve aucun de ces modèles chez Darty. Une rapide recherche sur Internet me montre qu’on ne les trouve que dans des boutiques en ligne. Pourtant, le tableau est récent puisqu’il date de juillet 2012.

J’envoie alors un mail à Topten pour leur exposer mon problème et leur demander s’ils comptent publier un nouveau tableau prochainement. On me répond que le marché bouge très rapidement, ce qui explique pourquoi les lave-linge de la sélection ne sont déjà plus disponibles en magasin, et que l’offre en ligne est de fait plus large qu’en magasin. Une suggestion, étant donné l’urgence de mon besoin, est d’utiliser leurs critères de sélection pour faire mon choix en magasin.

La sélection personnelle

Je décide donc de faire ma propre sélection de lave-linge sur le site Darty.fr en partant de 3 critères de sélection :
- lave-linge à hublot
- avec départ différé
- de classe énergétique A+++

Il me reste alors une liste de 20 machines avec des prix allant de 499€ à 1705€.

Pour réduire cette sélection, je commence par regarder la qualité d’essorage, puisque toutes les machines sélectionnées par TopTen ont une qualité d’essorage A. Je supprime ainsi toutes les machines qui ont une qualité B. Je suis d’ailleurs surprise par le nombre de machines que je dois supprimer de la sélection.

Après ce premier écrémage, la sélection descend à 11 machines.

A ce stade, j’ajoute un critère personnel, qui est celui des dimensions, car je ne peux prendre une machine dont la profondeur dépasse 60 cm. Je supprime donc 2 modèles à la sélection.

Il reste alors 9 modèles en sélection dont les prix vont de 499€ à 1299€. Mais les informations figurant sur le site de Darty au sujet de la consommation d’eau et d’électricité ne me paraissent pas suffisantes, puisque le chiffre de consommation d’eau semble calculé sur un programme coton 60°C uniquement.

Or le guide Topten explique que la nouvelle étiquette énergie doit fournir des informations sur plusieurs types de programmes. Ces informations figurent peut-être sur le site du constructeur. C’est pourquoi je décide d’aller chercher des informations supplémentaires afin de choisir une machine parmi ces 9 modèles.

Les sites des constructeurs

Le passage par le site des constructeurs est utile. Très honnêtement, je n’ai pas passé en revue les 9 modèles. J’ai cherché un modèle sur le site de LG, par exemple, et découvert qu’il était abandonné. Je ne sais pas ce que cela signifie, mais en tant qu’acheteur, ça ne donne pas confiance.

J’ai également remarqué des différences entre les chiffres donnés sur le site du constructeur et le site de Darty. Pourquoi cette différence ? Je pense qu’il s’agit simplement d’une erreur de la part de Darty, car ils ne font a priori que reprendre les chiffres des constructeurs.

Et puis parfois, il y a des petits plus, des vidéos par exemple, qui décrivent tout ce que la machine sait faire, et qui vont être déterminantes pour l’achat… ;-)

La gagnante

La machine que j’ai choisie est la Siemens IQ 800. L’ironie de l’histoire est qu’elle figure dans le tableau de Topten, en 3ème position, juste après les modèles de Miele qui ne sont plus en magasin.

Non seulement elle remplit tous les critères de base du lave-linge écolo, mais en plus, elle ne va utiliser que la quantité de lessive et d’eau nécessaires en fonction du linge (qu’elle va peser). N’est-ce pas formidable ? :-)

Consommation électrique des PC

Suite à mon billet sur la consommation électrique des appareils high-tech, et pour les plus geeks d’entre vous, je propose un petit compte rendu de la consommation des différents composants d’un PC, toujours d’après les tests de Canard PC. J’ai pris comme référence l’utilisation d’un PC pour la bureautique ou le surf sur Internet, ce qui me semble être l’usage le plus répandu. Je renvoie les gamers vers le dossier de Canard PC, qui leur permettra de faire leur configuration en toute connaissance de cause.
J’ai donc découvert dans ce dossier qu’un ordinateur utilisé pour faire de la bureautique ou pour surfer sur Internet est un ordinateur « au repos » (idle, en jargon geek), l’ordinateur étant « à pleine charge  » lorsqu’on joue. La consommation totale (sans l’écran) d’un ordinateur en idle va de 55 W pour un PC d’entrée de gamme (d’après les configurations de Canard PC, évidemment) à 140 W pour un PC haut de gamme.
Ce qui consomme le plus, ce sont la carte graphique (ou GPU) et la carte mère, qui représentent chacune 25% de la consommation totale. Viennent ensuite ex-æquo le processeur (ou CPU) et l’alimentation. Enfin la mémoire et le disque dur consomment peu, et les clavier/souris quasiment rien.
Les dernières cartes graphiques consomment énormément d’énergie, jusqu’à 300W en pleine charge. Il faut également noter que certaines consomment jusqu’à 60 W en idle, ce qui peut représenter la moitié de la consommation totale du PC.
 
Le sujet de l’alimentation est particulièrement intéressant, car c’est l’élément qui gaspille le plus d’énergie. En effet, le bloc d’alimentation doit convertir la haute tension provenant du secteur en basse tension pour alimenter l’ordinateur. Mais le rendement de cette conversion est loin d’être de 100%, d’où une perte d’énergie, sous forme de chaleur. Par exemple, pour délivrer 200 W de courant à l’ordinateur, l’alimentation va consommer 250 W sur le secteur. Il y aura donc 50 W de perdus.
Il existe une norme sensée améliorer le rendement des alimentations : la norme 80 Plus. Par exemple, la norme 80 Plus Gold, la plus contraignante, exige une efficacité jusqu’à 90% à mi-charge. Là où les choses se compliquent, c’est que le rendement est meilleur si la charge est importante, et que le rendement minimum exigé n’est qu’à partir de 20% de charge. Par exemple, si on a une alimentation de 850 W, à 20% de charge, elle délivrera 170 W. Cependant, la consommation moyenne en idle est de 80 W. Or, en dessous de 20% de charge, le rendement est médiocre. Ce qui signifie qu’en utilisant une alimentation de 850 W pour faire de la bureautique, on gaspillera énormément d’énergie.
Il convient donc de choisir une alimentation en fonction de son utilisation. Et pour un usage bureautique / surf, il ne sera pas nécessaire de choisir une alimentation très puissante. Canard PC recommande de calculer la puissance nécessaire à son PC puis d’ajouter 40 à 60% pour sélectionner son alimentation. Ainsi, si le PC consomme 320 W au maximum (ce qui est déjà beaucoup), une alimentation de 450 à 550 W suffira.
 
Les disques durs ne consomment pas énormément. Il existe des disques durs « green », qui sont en fait de vieux modèles. Ils ne présentent vraiment pas d’intérêt puisqu’ils sont plus lents, et que la différence de consommation n’est que de 1 à 3 W. Le top du disque dur (écolo) est en fait le SSD, qui ne consomme jamais plus d’1W.
Enfin les moniteurs LCD (de 17 à 28 pouces), dont on pourrait penser qu’ils consomment énormément, sont plutôt raisonnables. En veille, ils consomment entre 0,85 et 2 W. On peut ajouter qu’il y a encore cinq ans, c’était plutôt 5 à 8 W. De nets progrès ont donc été réalisés par les constructeurs.
Pour ce qui est de la consommation en fonctionnement, il faut différencier les « vrais » moniteurs, c’est-à-dire qui ont été conçus pour un usage informatique, des télés recyclées en écran de PC. Les premiers consomment de 35 à 45 W, alors que pour un TV/moniteur de 27/28″, il faut compter 75 W en moyenne.
C’est en fait le rétro-éclairage qui consomme le plus. On peut retenir que chaque pourcentage de luminosité supplémentaire se traduit par 1 W de consommation en plus.
Ce dossier de Canard PC est donc vraiment riche en information, même s’il s’adresse évidemment plutôt à des spécialistes. Mais il est tout de même intéressant de savoir quels composants consomment le plus dans nos ordinateurs. Et je retiens surtout qu’en matière de PC, vouloir absolument le haut de gamme est inutile ; il convient d’acheter ce qui correspond le mieux à notre utilisation.
Source :
Canard PC Hardware n°5 (juillet-août 2010), « High-Tech : la gabegie énergétique », p38-51.

Consommation électrique de nos appareils high-tech

Le numéro de juillet-août de Canard PC Hardware propose un très intéressant dossier sur la consommation électrique de notre matériel high-tech branché sur le secteur, c’est-à-dire les ordinateurs évidemment, mais aussi les box ADSL ou les consoles de jeux. Je vous propose donc un compte-rendu de ce dossier, qui est certes très technique, mais qui fourmille d’informations utiles et accessibles à tous.


Le dossier commence par un article général, puis détaille les consommations matériel par matériel : les différents composants des ordinateurs (carte graphique, carte mère, alimentation, etc.), les périphériques (enceintes, imprimantes) et enfin les box et consoles de jeux. Si j’ai essayé jusqu’à présent d’éviter de vous assaillir de chiffres, cette fois-ci, il me semble indispendable de les utiliser, compte tenu du sujet.

J’ai décidé de vous présenter les résultats de Canard PC en deux parties, la première (ce billet) s’adressant à tous, et la deuxième étant plutôt réservée aux spécialistes, ceux qui vont choisir leur matériel informatique composant par composant.

On apprend donc dans ce dossier que nous avons tous en moyenne 20 appareils branchés au secteur 24h/24, ce qui représente une consommation de 150 à 250 Watts en permanence. Pour avoir une idée de ce que cela nous coûte, on peut considérer que chaque watt de consommation 24h/24 (en mode veille, par exemple) revient à 1€ par an. Multiplié par le nombre d’appareils branchés, cela commence à faire une petite note tout de même. D’autant que de nombreux appareils consomment plus d’1 W en veille. Par exemple, le micro-onde testé par le magazine consomme 3,4W en veille, simplement pour afficher l’heure.

En ce qui concerne les imprimantes, on remarque un grand écart de consommation entre les jet d’encre et les laser. Les imprimantes à jet d’encre consomment très peu en veille (moins de 4W) et raisonnablement en fonctionnement (entre 60 et 130W). Il faut noter que plus il y a de suppléments (type écran LCD), plus elles consomment. Les imprimantes laser, elles, consomment entre 650 et 1000 W en fonctionnement ! Ceci s’explique par le fait qu’il faut chauffer le « four », ce qui réclame beaucoup d’énergie. Mais le véritable problème des lasers est le mode veille. En veille, l’imprimante consomme 6 à 8 W, ce qui est déjà pas mal. Mais surtout, on remarque un pic de consommation très régulier, ceci afin de maintenir l’imprimante « au chaud ». Ainsi, les tests ont révélé une consommation de 860W pendant 4 secondes, et ceci toutes les 56 secondes ! Pour moi, la conclusion est évidente : il ne faut absolument pas laisser une imprimante en veille. Il convient de l’allumer uniquement lorsqu’on en a besoin, et de l’éteindre immédiatement après. Nous ne sommes quand même pas si pressés, n’est-ce pas ?

Ce qui pose problème avec les enceintes des ordinateurs, c’est également leur mode « veille ». On remarque en fait, que même éteintes, elles continuent à consommer une quantité non négligeable d’électricité. Alors qu’elles consomment en moyenne 17 à 25 W en fonctionnement, les enceintes Logitech testées par Canard PC continuent à consommer 11 W lorsqu’elles sont éteintes. Difficile de faire des économies dans ces conditions.

Le sujet particulièrement intéressant et problématique soulevé par ce dossier est celui des box ADSL et décodeurs TV. Ces appareils sont en effet connectés 24h/24 et il nous est impossible de les éteindre. Canard PC a testé les box et décodeurs Free, Orange, SFR et Darty. Les box ADSL des trois premiers consomment à peu près autant, c’est-à-dire 9 à 10 W. A noter chez Free que si l’on déconnecte le wi-fi, on gagne presque 2W/heure. Mais ce qui  est vraiment scandaleux, ce sont les décodeurs TV, qui consomment de 10 à 13W lorsqu’ils sont allumés, et seulement 2 ou 3 W de moins lorsqu’ils sont en veille. En effet,  certains fabricants « simulent » la veille, en se contentant d’éteindre l’affichage. En réalité, l’appareil continue à consommer allègrement. La facture annuelle d’électricité pour le couple box + décodeur tourne tout de même autour des 20€. La palme revient à Darty, avec un décodeur qui consomme 21 W allumé et 19 W en veille; la facture annuelle s’élevant là à 30€…

Enfin, au sujet des consoles de jeux, on notera une consommation en veille raisonnable (2W) pour laXbox 360 ou la Playstation 3, mais il faut également ajouter que toutes les consoles vendues ne sont pas identiques. Ainsi, la dernière version de la Xbox consomme 20 à 30% moins d’énergie que les premiers modèles. De même pour la Playstation 3, on est passé de 167 W en jeu pour le modèle 2006, à 55 W pour le modèle 2010. La Wii quant à elle consomme assez peu en fonctionnement comparée aux autres (20 W) , mais elle est se fait remarquer par sa consommation en veille (10 W). Ceci est dû au service Wiiconnect24, qui sert à récupérer des informations à tout moment de la journée. Si on désactive ce service, la consommation en veille redescend à 3 W.

Alors que peut-on en conclure ? Si en ce qui concerne les box et décodeurs TV, nous ne pouvons qu’espérer un effort de la part des constructeurs, en ce qui concerne les ordinateurs et leurs périphériques, il nous reste toujours la possibilité de les éteindre totalement, en les branchant à une multiprise munie d’une alimentation, et en éteignant cette multiprise lorsque nous n’utilisons pas l’ordinateur. Canard PC propose une version plus moderne et plus pratique : la multiprise maître-esclave. Vous connectez votre PC sur la prise maître et les périphériques sur les prises esclaves. Lorsque l’appareil maître est en veille, tous les esclaves sont déconnectés totalement. Si cette solution semble intéressante pour un PC, il me semble que ce n’est pas valable pour la télévision, car un enregistreur/magnétoscope ou le décodeur TV ne pourront jamais être déconnectés, sous peine de ne jamais pouvoir enregistrer un programme. Quant aux autres appareils  en veille (micro-onde, machine à café, etc.), chacun pourra s’interroger à savoir si le gain de temps ou la facilité d’usage vaut réellement ces quelques euros dépensés en plus… 
Source :
Canard PC Hardware n°5 (juillet-août 2010), « High-Tech : la gabegie énergétique », p38-51.